Journée technique de la petite hydraulique 2021 – présentations en ligne

Tous les détails (ou presque) de notre journée technique du 9 octobre 2021 sont désormais en ligne, et notamment les présentations de la matinée.

En savoir plus

 

Contributions d’investissement dès 1 MW + soutien de la Présidente de la Confédération

Lundi 13 septembre 2021, le Parlement suisse s’est exprimé sur la nécessité d’encourager la production d’électricité en hiver.

Quels impacts pour la petite hydraulique?

Tout comme les installations éoliennes, photovoltaïques, de biogaz ou de géothermie, la petite hydraulique bénéficie d’une aide jusqu’à fin 2022 (SRI). Une révision de la loi sur l’énergie doit prendre le relais. Mais elle n’a pas encore abouti. Le projet sur la table entend combler les lacunes entre ces deux échéances. Limité jusqu’en 2030, il est compatible avec la révision à venir et l’anticipe, plutôt que de prolonger le système actuel. Le système de rétribution de l’injection sera ainsi remplacé par des contributions d’investissement pour tous les types d’installation.

Pour bénéficier de cette contribution, les installations hydroélectriques devront afficher une puissance minimale de 1MW. Après des discussions fournies, les sénateurs ont décidé, par 25 voix contre 17, de se rallier au National. Placer la barre à 3 MW, comme le demandait la commission, ne ferait pas de sens, a critiqué Daniel Fässler (Centre/AI). « Cela viendrait à renoncer à un potentiel important. » Les installations de 1 MW ne sont pas si petites, a abondé Simonetta Sommaruga. Et la ministre de l’énergie de donner en exemple celle de la Matte, au coeur de Berne, qui fournit environ 1500 foyers.

En savoir plus

9 octobre 2021: Journée technique SSH – encore possible de s’inscrire!

A Bagnes (Valais), samedi 9 octobre 2021, aura lieu notre traditionnelle journée technique, dédiée à la petite hydraulique, organisée avec le soutien d’Altis et de la commune de Bagnes, qui nous accueillent – et SuisseEnergie.

Avec au programme:

Durant la matinée, des présentations seront assurées par:

  • Matteo Bonalumi de l’Office fédéral de l’énergie sur les conditions-cadres de la petite hydraulique en Suisse
  • Cécile Münch-Alligné, Professeure à la HES-SO Valais, sur les derniers développements de turbines
  • Altis, société exploitant de nombreuses petites centrales hydrauliques intégrées aux réseaux d’eau potable et d’eaux usées de la commune de Bagnes
  • Vincent Denis de Mhylab (centre de compétences en petite hydraulique), sur des retours d’expériences, de ces projets de turbinage qui n’ont pas fonctionné comme prévu

De plus, au moins 4 exposants seront présents:

L’après-midi, deux visites au choix sont possibles:

  • la centrale du Profray: la seule centrale suisse à turbiner les eaux usées brutes (ici, celles de la station de Verbier), propriété de Altis
  • une forge à l’ancienne, encore en activité, équipée de roues à eau

Cette journée est ouverte à toutes et tous pour autant que le formulaire d’inscription soit remis à SSH d’ici au 17 septembre.

L’inscription est gratuite pour les membres, d’un montant de CHF 150.- sinon.

Les mesures-COVID respecteront la réglementation en vigueur le 09.10.2021. A ce jour (13.09.2021), le Pass-Covid devra être présenté lors de l’enregistrement

Les membres des bureaux romands et alémaniques de SSH se réjouissent de bientôt vous retrouver.

En savoir plus

France: destruction d’ouvrages en rivières classées continuité écologique: désormais illégale

Hydrauxois – patrimoine – énergie – environnement – pour des rivières durables – 24.08.2021

« La loi Climat et résilience vient de paraître au journal officiel. Elle est opposable dès le lendemain de sa parution. Sur les rivières classées « continuité écologique » au titre de l’article L 214-17 du code de l’environnement, cette loi proscrit désormais la destruction des ouvrages de moulin et, plus généralement, la remise en cause d’un usage actuel ou potentiel d’ouvrage hydraulique. Les acteurs publics ou privés qui persisteraient à inciter, planifier ou exécuter la destruction d’ouvrage hydraulique dans ce contexte sont donc dans l’illégalité et susceptibles d’être dénoncés à la justice. Les préfets doivent acter cette évolution de la loi et en informer au plus vite les acteurs, afin de trouver des solutions positives et constructives pour la continuité écologique, plus généralement pour la bonne gestion des ouvrages au service des objectifs d’intérêt général. »

« Par son article 49, la loi modifie l’article L 214-17 du code de l’environnement précisant la mise en oeuvre de la continuité écologique sur les rivières classées à cette fin. Elle interdit expressément des destructions d’ouvrages de moulin, mais aussi de manière plus générale la remise en cause dans les solutions de continuité de l’usage actuel ou potentiel d’un site hydraulique. »

Coup d’envoi du projet de turbinage des eaux de la Veveyse

Communiqué de presse de la Ville de Vevey du 30.08.2021

Après plusieurs années de gestation, le chantier de turbinage des eaux de la Veveyse débutera dès ce mois de septembre dans la zone des Toveires, sur les hauts de Vevey. Ce projet représente une opportunité unique pour le territoire veveysan de produire de l’énergie renouvelable et locale correspondant aux besoins en électricité de quelque 840 ménages.

 

VIDÉO – Alpes suisses : survol du plus haut barrage du monde

Il est difficile de faire entrer la Grande Dixence dans la petite hydraulique, mais il est également difficile de ne pas vous orienter du côté de cette vidéo.

« Les caméras de TF1 ont survolé ce site vertigineux et ont pénétré dans ses entrailles. »

En savoir plus (après quelques publicités)

 

 

2020, électricité consommée: 76% d’énergies renouvelables

En 2020, les énergies renouvelables représentaient environ 76% de la consommation finale d’électricité en Suisse (75% en 2019), à raison de 66% pour la grande hydraulique et de 10,3% environ pour le photovoltaïque, l’énergie éolienne, la petite hydraulique et la biomasse. La part de l’énergie nucléaire s’élevait à 20% et celle des déchets et des agents énergétiques fossiles avoisinait 2%. La provenance et la composition de 2% de l’électricité fournie n’étaient pas vérifiables (4% en 2019).

La part des nouvelles énergies renouvelables (énergie solaire, éolienne, biomasse et petite hydraulique) continue d’augmenter; elle est passée de 8,4% en 2019 à 10,3% en 2020. Environ 87% de cette électricité a été produite en Suisse et environ deux tiers ont bénéficié d’un encouragement par le système de rétribution de l’injection axé sur les coûts (SRI).

En savoir plus

 

 

Création du laboratoire de l’hydroélectricité « Hydro Alps Lab»

Alpiq, les Forces Motrices Valaisannes (FMV), HYDRO Exploitation, et la Haute Ecole d’Ingénierie de la HES-SO Valais-Wallis unissent leurs efforts afin de faire croître des compétences industrielles dans le domaine de l’hydroélectricité. Un contrat de 5 ans a été signé par ces partenaires afin de créer et développer l’Hydro Alps Lab. Ce laboratoire de recherche spécialisé sera doté d’un budget de 2 millions de francs sur 5 ans.

En savoir plus

Les microcentrales à l’assaut des ruisseaux vaudois

Le Temps – 6 septembre 2021

« Fruits d’une délicate pesée d’intérêts entre biodiversité et climat, de nouveaux ouvrages hydroélectriques éclosent le long des petits cours d’eau vaudois afin de renforcer la production locale «propre». Mais le jeu en vaut-il la chandelle? »

Comme vous pourrez le lire, l’article n’est malheureusement pas favorable à la petite hydraulique. SSH travaille en ce moment à une campagne de promotion afin de répondre à ce type de commentaires.

Prise de position de Swiss Small Hydro au sujet de l’initiative Biodiversité

Dans le cadre de l’initiative Biodiversité, Swiss Small Hydro soutient la position de l’Association suisse pour l’aménagement des eaux (ASAE). Cependant, il nous tient également à cœur de créer des conditions cadres qui ne traitent pas les questions de protection de manière isolée, mais de manière transversale. Le changement climatique lui-même est susceptible d’avoir un impact beaucoup plus important sur la biodiversité que, par exemple, l’utilisation de l’hydroélectricité. Par conséquent, les mesures de protection de la biodiversité ne doivent pas ralentir les mesures de protection du climat – telles que la transition énergétique. Bien entendu, cela s’applique également dans le sens inverse. Dans ce contexte, pour la finalisation de la contre-proposition, SSH a fait part au DETEC le 06.07.2021 de deux points en particulier.

  • Le changement climatique, s’il ne peut être ralenti, aura de graves conséquences sur l’écologie et l’environnement. À notre avis, une protection de la biodiversité orientée vers le passé n’est donc ni appropriée ni efficace. Les mesures de protection de la biodiversité devraient plutôt viser un état écologique qui permette une valorisation énergétique à la fois respectueuse de l’environnement et neutre en CO2. En retour, le développement des infrastructures énergétiques avec la mise en œuvre de mesures compensatoires contribuera à la préservation et au développement d’habitats durables.
  • Les mesures qui contribuent à la réduction des émissions de gaz à effet de serre ne doivent pas être empêchées au niveau législatif (par exemple, avec la désignation à grande échelle de zones protégées dans lesquelles les potentiels énergétiques ne peuvent plus être utilisés). Il est extrêmement important de rechercher des solutions spécifiques au site qui, d’une part, tiennent compte des différents objectifs de protection de l’environnement et, d’autre part, permettent également de développer l’utilisation des énergies renouvelables.

Un exemple concret : il existe de nombreuses petites centrales hydroélectriques qui sont situées dans des zones protégées ou des biotopes – ou qui ont même créé de telles zones. Il est important d’intégrer ces centrales dans l’environnement du cours d’eau d’une manière spécifique au site et écologiquement sensée et de ne pas les empêcher dès le niveau législatif.

Pour SSH, les interrelations complexes d’un écosystème ne devraient pas être réglementées au niveau d’une loi. La législation doit laisser une marge de manœuvre au niveau local pour permettre de combiner étroitement la réduction des émissions de CO2 grâce aux énergies renouvelables et la protection efficace de la biodiversité.