France: destruction d’ouvrages en rivières classées continuité écologique: désormais illégale

Hydrauxois – patrimoine – énergie – environnement – pour des rivières durables – 24.08.2021

« La loi Climat et résilience vient de paraître au journal officiel. Elle est opposable dès le lendemain de sa parution. Sur les rivières classées « continuité écologique » au titre de l’article L 214-17 du code de l’environnement, cette loi proscrit désormais la destruction des ouvrages de moulin et, plus généralement, la remise en cause d’un usage actuel ou potentiel d’ouvrage hydraulique. Les acteurs publics ou privés qui persisteraient à inciter, planifier ou exécuter la destruction d’ouvrage hydraulique dans ce contexte sont donc dans l’illégalité et susceptibles d’être dénoncés à la justice. Les préfets doivent acter cette évolution de la loi et en informer au plus vite les acteurs, afin de trouver des solutions positives et constructives pour la continuité écologique, plus généralement pour la bonne gestion des ouvrages au service des objectifs d’intérêt général. »

« Par son article 49, la loi modifie l’article L 214-17 du code de l’environnement précisant la mise en oeuvre de la continuité écologique sur les rivières classées à cette fin. Elle interdit expressément des destructions d’ouvrages de moulin, mais aussi de manière plus générale la remise en cause dans les solutions de continuité de l’usage actuel ou potentiel d’un site hydraulique. »

Coup d’envoi du projet de turbinage des eaux de la Veveyse

Communiqué de presse de la Ville de Vevey du 30.08.2021

Après plusieurs années de gestation, le chantier de turbinage des eaux de la Veveyse débutera dès ce mois de septembre dans la zone des Toveires, sur les hauts de Vevey. Ce projet représente une opportunité unique pour le territoire veveysan de produire de l’énergie renouvelable et locale correspondant aux besoins en électricité de quelque 840 ménages.

 

Les microcentrales à l’assaut des ruisseaux vaudois

Le Temps – 6 septembre 2021

« Fruits d’une délicate pesée d’intérêts entre biodiversité et climat, de nouveaux ouvrages hydroélectriques éclosent le long des petits cours d’eau vaudois afin de renforcer la production locale «propre». Mais le jeu en vaut-il la chandelle? »

Comme vous pourrez le lire, l’article n’est malheureusement pas favorable à la petite hydraulique. SSH travaille en ce moment à une campagne de promotion afin de répondre à ce type de commentaires.

France – petite hydraulique dans une abbaye

Abbaye de Fontgombault (Indre) : un site exemplaire

Datant du XIIIème siècle, l’abbaye Notre-Dame-de-Fontgombault est un site exemplaire à de nombreux points de vue, devenant un cas d’école pour l’hydroélectricité et ses enjeux, notamment environnementaux et technologiques. La chute brute de 1.9 m et le débit nominal de 11.3 m3/s du site sont comme « faits » pour la turbine VLH (Very Low Head). Développé par MJ2 Technologies, le groupe VLH DN 3550, de type Kaplan à 8 pales mobiles, équipé d’un générateur à aimants permanents, ne se limite pas à une production électrique moyenne de 780’000 kWh/an (avec une puissance installée de 158 kW aux bornes de son convertisseur de fréquence), il permet également la dévalaison des poissons migrateurs, ajoutant de précieux points ichtyophiles. Ainsi, avec ses deux passes à poissons, le monastère respecte toutes les règles de la continuité écologique spécifiques à la Creuse, cours d’eau à la migration piscicole particulièrement développée. De plus, le groupe, immergé et silencieux, respecte l’esthétique du site classé monument historique. Enfin, et depuis avril 2021, l’installation est capable de fournir sa production électrique à deux réseaux : le public et l’interne, contribuant à l’autonomie de la communauté des moines.

Ce site a fait l’objet d’un article détaillé dans le magazine français Puissance Hydro et d’une vidéo en immersion.

 

Turbinage de la Veveyse

Le 6 janvier 2021 paraissait un article sur le projet Gilamont, portant sur le turbinage de la Veveyse. « Le projet d’usine sur la Veveyse ne tient qu’à un fil. Ramené de 8.5 à 6.5 millions, le projet bute contre les modifications demandées par l’Etat. Les derniers espoirs reposent sur Vevey ».

D’autres articles sont disponibles en ligne (mais avec abonnement).

Le Figaro

Après le Canard Enchaîné, c’est au tour du Figaro de s’intéresser à la disparition des moulins en France. L’OCE revient sur l’article paru le 03.09.2020.

Le Canard enchaîné

Le 19 août 2020, le journal satirique français, le Canard enchaîné, nous faisait l’honneur d’un article digne de leur plume.

« Les Moulins à eau condamnés au naufrage / Ils sont pris entre deux courants écolos : les premiers font sauter leurs barrages que les seconds utilisent pour produire une électricité durable »

Garanties d’origine: « Les nuages noirs s’amoncellent »

Raphael Zwahlen, spécialiste en Économie énergétique à l’AES (Association des entreprises électriques suisses), revient sur les garanties d’origine, et la compatibilité des conditions-cadre juridiques avec l’Union Européenne.
La suite…

L’avenir incertain de l’hydroélectricité suisse

Hannes Weigt, professeur en économie de l’énergie de l’Université de Bâle, revient sur le projet NFP-70 portant sur le futur de l’hydroélectricité suisse à travers un bilan économique des chances, menaces et solutions.  Ainsi, il s’avère que l’hydroélectricité doit apprendre à gérer les incertitudes, tout en faisant face à la concurrence d’autres fournisseurs d’énergie et de stockage.

Lire la suite en allemand…

L’atout de la politique énergétique suisse

L’hydroélectricité comme technologie-clé

Michel Piot, économiste de l’énergie de l’ASAE, revient sur le rôle central de l’hydroélectricité suisse dans la mise en œuvre de la stratégie énergétique 2050, dans un article publié dans Bulletin.ch

La suite en allemand…